Rendez-vous aussi sur :

art nOmad : la page Facebook // le compte Twitter // la page Google + // la chaîne YouTube
art nOmad se manifeste ! :
le blog du livre papier
// la page Facebook du projet éditorial tOtal
une oeuvre près de chez toi : le blog du nouveau dispositif d'intervention art nOmad // la page Facebook du dispositif // le compte Twitter du dispositif
art nOmad en incitations à commettre de l'art : Tumblr(1)
1re Biennale art nOmad : le blog d'une 1re biennale en camion // la page Facebook de la 1re Biennale art nOmad // le blog des contributions artistiques à la 1re Biennale art nOmad
le blog de l'oeuvre participative "accroche-cOeurs" conçue et installée en 2016 à Anglet, dans le cadre de la résidence art nOmad à la Littorale #6 - Biennale internationale d'art contemporain (organisation : Ville d'Anglet, commissariat : Paul Ardenne)

15.12.17

H-7 pour la 1re Soirée du parfait petit nOmad !

Aujourd'hui, à 19h, art nOmad inaugurera sa 1re " Soirée du parfait petit nOmad " chez l'Habitant, à Verneuil-sur-Vienne.

Cette nouvelle opération haut-viennoise est une évolution des anciennes " petites Veillées vidéo à la maison " limousines (2008-2011) et des récentes des " petites Fricassées d'oeuvres à domicile " et " MAXI-Fricassées d'oeuvres près de chez vous " essonniennes (2015-2017). Évidemment, c'est également un clin d'oeil aux précurseuses " Journées du parfait petit nOmad " s'étant déroulées chaque année, de 2002 à 2010, dans un village à chaque fois différent de l'ex-communauté de communes Brame-Benaize.

Il s'agira ce soir de faire découvrir à nos hôtes et à leurs invités des oeuvres issues du fonds art nOmad - une première également ! - et plus particulièrement de la collection " Sublime de Voyage - 1re Biennale art nOmad 2015 ".
Au menu : discussions, tourbillons et joyeuses expérimentations plastiques et vestimentaires !
Rien que pour vous mettre en appétit, voici un léger épluchage des oeuvres qui seront présentées :


Tïa-Calli Borlase, Le Cheval d’Or de Pisanello, performance à Gomberville, 
le 06 juin 2015. Vidéo, 3'43''. Accompagnée d’une reproduction photographique encadrée de 45 x 30 cm.

© Droits réservés / Courtesy de l’artiste et 
d’art nOmad collections


" Tïa-Calli Borlase est née en 1972 à Chalon-sur-Saône. Elle vit et travaille à Paris.
Tïa-Calli Borlase crée des objets pour le moins insolites. Ses premières "Sculptures membranes", singuliers arrangements tridimensionnels, naissent de détournements et d’assemblages issus du domaine du textile, du stylisme et de l’érotisme. Docteur en art et sciences de l’art de l’université Paris-1 Sorbonne, Tia Calli-Borlase expose en 2010 au centre d’art contemporain Aponia, à Villiers-sur-Marne, sous un titre qui peut définir son travail : Pour une géographie du désir. Cavalière émérite, Tïa-Calli Borlase développe ensuite divers projets plastiques relatifs au cheval et au cavalier : l’artiste amante des chevaux les dessine à la perfection et les habille volontiers de caparaçons d’époque, historiques, multicolores, moyenâgeux et contemporains tout à la fois. Elle "performe" son art avec le cheval, lors du Printemps de septembre de Toulouse en 2012, jusque dans les salles du musée des Augustins. Ce n’est donc pas tant du cheval considéré comme animal que va traiter l’artiste, que d’une rêverie sur ce mammifère mythique, "la plus noble conquête de l’homme", disait Buffon, et, pour Tïa-Calli Borlase, une véritable matrice à fantasmes. Pour l’exposition Motopoétique au MAC Lyon, en 2014, ce sont des motos que l’artiste a habillées de caparaçons, comme si celles-ci étaient elles aussi des montures vivantes, auxquelles se confronter, et avec lesquelles rêver et parader.
Pour la 1re Biennale art nOmad, Sublime de Voyage, Tïa-Calli Borlase revient au cheval et, s’inspirant des chevaux de Pisanello, c’est d’or qu’elle habille cette fois l’animal, son objet fétiche et son maître mental et symbolique. La référence, l’hommage à [l’artiste] James Lee Byars [à qui cette biennale est dédiée] sont vibrants. Par la grâce de l’or, le cheval prend cette dimension qui est aussi la sienne, en réalité et dans le travail de 
Tïa-Calli Borlase, celle d’un être vivant au service, le cas échéant, du sublime. "
Source : texte de Paul Ardenne paru dans le livre de Clorinde Coranotto, Sublime de Voyage - 1re Biennale art nOmad 2015, art nOmad éditions, collection " #SuperBiennaleTrip ", 2016, p.77. 
Disponible également sur le blog de la 1re Biennale art nOmad 2015, à l’adresse : 
https://biennaleartnomad.wordpress.com/l-exposition-embarquee/presentation-des-artistes/tia-calli-borlase/ (consulté le 15/12/2017)

" Liste des mots clés [que l’artiste] a dressée pour définir les points essentiels de sa pratique : Condensation – Réversibilité – Polymorphie – Hybridation – Équivoque – Dissimulation – Ambiguïté – Fragilité – Légèreté – Séduction – Ironie – Humour – Osciller – Suspension – Suspendre – Ruser – Combiner – Corseter – Structurer – Coudre – Articuler – Lier – Rituel – Anatomie – Membrane. "
Source : extrait de l’article de Lorraine Alexandre paru le 11/01/2010 sur le site ArtistikRezo, disponible intégralement à l’adresse : http://www.artistikrezo.com/art/pour-une-geographie-du-desir-exposition-de-tia-calli-borlase-a-aponia-centre-dart-contemporain-jusquau-21-fevrier-2010.html (consulté le 15/12/2017)

+


Clorinde Coranotto, Sublime de parvis, dessin préparatoire de la performance du même nom, 2015. Technique mixte sur papier, diamètre : 144 cm. Accompagné d’une vidéo réalisée lors du vernissage de la 1re Biennale art nOmad, à l’ENSA Limoges le 16/10/2015 (durée : 2’56’’) et de costumes réalisés par des étudiants de l’ENSA Limoges à l’occasion de ce même vernissage (dimensions variables).


© Droits réservés / Courtesy de l’artiste et d’art nOmad collections

Clorinde Coranotto est née en 1967 à Cannes, elle vit et travaille à Arnac-la-Poste.
Diplômée de l’école d’art de Toulon, de Strasbourg puis de Besançon, cette artiste qui se qualifie comme plasticienne-entremétologue, créée en 1999 - après des années d’expériences sur le terrain - le dispositif art nOmad tout en développant parallèlement une pratique intimiste. C’est en cultivant les paradoxes et en conjuguant art contemporain et quotidien que ses performances donnent lieu à des rencontres incongrues, comme au Salon international de l’agriculture à Paris en 2006 et en 2011. La question de la transmission étant le moteur de sa démarche, elle intègre en 2003 l’ENSA - École nationale supérieure d'art de Limoges en tant qu’enseignante auprès des amateurs, puis auprès des étudiants en 2015.
L’oeuvre présentée ici est un dessin " animé " par Éloïse Nédellec (graphiste d’art nOmad), lors d’une réunion de travail en juillet 2015. Pour expliquer aux personnes présentes le projet d’intervention d’art nOmad sur le parvis du Palais de Tokyo à Paris, Clorinde Coranotto a posé au sol son dessin fait à l’arraché. Éloïse lui a alors demandé si elle pouvait l’enfiler - comme on enfile une robe. Elle a alors si merveilleusement bien dansé avec celui-ci autour du cou, que l’idée d’inviter un derviche tourneur pour le vernissage de la 1re Biennale art nOmad s’est imposée naturellement. C’est Kareem GaD, exceptionnel danseur de la compagnie Bell’Masry à Paris, qui accepte de venir donner une leçon de l’art du derviche tourneur égyptien lors de cet événement programmé le 16 octobre 2015 à l’ENSA Limoges, s’adressant aussi bien aux étudiants qu’au grand public, et dispensée tout autour du Véhicule art nOmad, garé pour l’occasion dans le ventre de l’école. Deux semaines avant le vernissage, quelques étudiants de l’ENSA conçoivent des espèces d’exosquelettes capables d’accompagner ou de contredire le mouvement généré par la danse des derviches tourneurs, qu’ils expérimenteront le jour J.
Lors de ce même vernissage, après le cours de Kareem GaD, sous l’impulsion de 
Clorinde Coranotto, le tout public se livre à une performance collective intitulée par l’artiste The Golden Van (en hommage à James Lee Byars), consistant à recouvrir par collage le Véhicule art nOmad de centaines d’auréoles découpées dans de la couverture de survie. En moins de trente minutes le camion se pare d’une nouvelle robe/peau étincelante, et, ainsi baptisé, peut alors prendre la route, direction Venise !
 
Détail de la Peau de Van soigneusement décrochée au retour de l’itinérance de la 1re Biennale art nOmad 2015, puis présentée pour la première fois lors de l’exposition Sublime de Voyage, à la Bfm de Limoges, de décembre 2016 à février 2017. Couverture de survie, colle, ruban adhésif, dimensions variables.

© Droits réservés / Courtesy d’art nOmad collections


***Et pour de nouvelles "Soirées du parfait petit nOmad" haut-viennoises, rendez-vous en 2018 !***

7.9.17

En approche : art nOmad en vadrouille du côté des Deux-Sèvres !

À l'occasion des Journées européennes du patrimoine, l'équipe art nOmad et son fidèle zèbre vous attendent pour la première fois dans la cour du musée Bernard d'Agesci de Niort,
samedi 16 et dimanche 17 septembre de 10h à 13h et de 14h à 19h.


Au programme des festivités : du cousu sur-mesure autour du thème de ganterie et de la chamoiserie, avec exposition, installations et ateliers gratuits et ouverts à tous, dont voici le menu complet :

L'atelier tout-en-nuances-et-transparences
Venez jouer sur la gamme des couleurs de la ganterie traditionnelle, du blanc immaculé au chamois incandescent, par le dessin sur papier de soie, en vous inspirant d'images issues de la collection du musée, à décalquer ou détourner selon votre propre imagination ! L'occasion d'apporter votre touche personnelle à l'installation d'un grand nuancier collectif à ciel ouvert, ou de repartir chez vous un léger-souvenir-témoin en poche !
Technique : dessin/décalquage/coloration/installation
Matériel fourni : images photocopiées, papier de soie, crayons de couleurs et feutres, pastels et sanguines, brou de noix et crayons aquarellables, pinceaux, ciseaux…

L'atelier du parfait-petit-gantier-un-peu-trop-piqué
Marre des gants à seulement cinq doigts, pauvres mitaines et tristes moufles ? Faim d'innovations et de défis ? Passez donc d'abord par la case outils ! Grâce à l'assemblage ingénieux d'objets récupérés, vous pourrez ainsi réinventer les ustensiles chers au gantier (règles, pieds, ciseaux, couteaux et autres mains de fer) et fabriquer ceux qui permettront à l'avenir de confectionner les paires de gants les plus excentriques !
Technique : assemblage/sculpture
Matériel fourni : petits objets divers, cartons, bois, fil de fer, ficelles, colliers de serrage, pinces coupantes, cutters, ciseaux, clous, marteaux…

L'atelier de la main de plâtre
L'art minutieux de la dentellerie vous fait rêver ? Venez participer à une expérience hypnotisante en tentant de graver de délicats motifs sur une gracile main de plâtre préalablement et habilement coulé par vous-même dans un gant 100 % véritable… Et si le courage et le coeur vous en disent, vous pourrez même ensuite colorer à l'encre vos motifs, avec harmonie et parcimonie… Gènes de casse-tout et maladroits en tout genre joyeusement acceptés !
Technique : moulage/dessin en gravure/peinture
Matériel fourni : plâtre, gants, ustensiles à graver (pointes), encre à l'eau, pinceaux…

L'atelier des G.G.M. - Gants Génialement Modifiés
Une envie de revêtir la blouse du savant fou et de tenter de brillantes opérations chirurgicalement esthétiques sur gants parfaitement consentants ? Poussez les portes imaginaires du laboratoire à G.G.M. et venez vous livrer à toutes sortes d'hybridations et faire naître des gants à ramifications et autres excroissances bien pensées, à caractère animalier ou fantastique ! pOse finale gantée bienvenue !
Technique : assemblage/modelage/garnissage
Matériel fourni : gants, coton, tissus, laine, fil de fer, ficelles, carton, petits objets, ballons gonflables, rouleau adhésif…

Avec :
Clorinde Coranotto (directrice art nOmad)
Jérémie Marié (étudiant à l'ENSA Limoges)
Aurélie Verlhac (assistante art nOmad)

5.9.17

Flash-back estival !

C'était il y a un mois presque jour pour jour, un radieux dimanche d'août à Limoges, en bord de Vienne, près du Parc d'Auzette. Des ateliers et des installations tout en miroitements et enchantements lors d'une intervention proposée dans le cadre de la manifestation l'eau et le patrimoine, organisée par la Direction des Espaces Verts de la Ville de Limoges, temps fort de leur exposition Reflets de Vienne, encore visible jusqu'au 30 octobre.







2.8.17

Sortie de rentrée !



art nOmad et son drôle de zèbre vous donne rendez-vous ce dimanche 6 août à Limoges, de 10h à 19h, rue d'Auzette (en bout d'impasse, à proximité de l'entrée ouest du parc d'Auzette et le bord de la Vienne), pour participer à des ateliers gratuits et ouverts à tous. Tous les matériaux et outils sont fournis et une fois vos créations terminées, libre à vous de les ramener chez vous !

Cette intervention est proposée dans le cadre de la manifestation l'eau et le patrimoine, organisée par la Direction des Espaces Verts de la Ville de Limoges, temps fort de l'exposition estivale Reflets de Vienne.





Au menu, tout au long de la journée :

L'atelier des Micro-géoglyphes-évanescents
Ou comment dessiner avec de l'eau de la Vienne, sur un carré de sol bitumé la flore et la faune de la rivière (documents à l'appui), tout en s'inspirant des dessins stylisés de Nazca au Pérou ou encore du Dishu, l’art de la calligraphie éphémère à l’eau né en Chine dans les années 90.
Techniques : dessin, peinture, calligraphie, graphisme...

L'atelier des plantes-Hyper-réfléchissantes
Ou comment fabriquer de nouvelles espèces végétales et amphibies à partir de matériaux ultramiroitants comme des boules à facettes, du papier aluminium, des CD récupérés, des paillettes, de la couverture de survie... Bref, tous les ingrédients vous seront fournis en vue d'une installation collective près du camion.
Techniques : assemblage, bricolage, installation...

L'atelier des Petits-carnets-du-bord-de-Vienne
Ou comment, après avoir confectionné son propre carnet en mêlant éléments naturels et de récupération, chacun pourra découvrir autrement le bord de la Vienne, en croquant scrupuleusement les détails des plantes de la rive, en imaginant la vie sous-marine, ou encore en consignant à la peinture les tableaux abstraits apparaissant dans les reflets de l'eau.
Techniques : dessin d'observation, aquarelle...


L'équipe art nOmad du jour :

Clorinde Coranotto (directrice art nOmad)
Jérémie Marié (étudiant à l'ENSA Limoges)
Madeleine Sarais (étudiante à l'ENSA Limoges)
Aurélie Verlhac (assistante art nOmad)

5.7.17

MAXI Fricassée d'oeuvres près de chez vous, dernière de la saison !

Pour sa dernière virée essonnienne de l'année 2017, notre drôle de zèbre a cette fois-ci rendez-vous au Service d'hébergement et d'accompagnement à la vie sociale le "Point-Virgule", à Arpajon, samedi 5 juillet dès 14 heures, toujours en compagnie de l'équipe du domaine départemental de Chamarande.

Pour rappel, chaque MAXI Fricassée permet au public de découvrir de façon ludique et expérimentale, deux œuvres issues de la collection du FDAC Essonne : une vidéo + une oeuvre "tangible"(sculpture, installation...). Ce duo choisi en amont par art nOmad, est déterminé par le fait que non seulement les thématiques et les traitements formels des deux œuvres en question se rejoignent - ou, au contraire, s'opposent -, mais aussi parce qu'il recèle des éléments faisant écho aux préceptes et aux actions de l’association. À l’issue de cette découverte et de premiers échanges verbaux entre les participants, il est proposé d’aller plus loin en tentant l'expérience de la performance collective et en concoctant, pour ce faire, de micro-ateliers-déclics. Car l’enjeu des MAXI Fricassées - et de toute action art nOmad - est de faire découvrir l'art contemporain autrement (nous ne sommes pas des médiateurs, mais des artistes) par le biais de la pratique, les spectateurs devenant participants, et, à leur tour, créateurs.

Au menu du jour, ce ne sont pas deux mais trois oeuvres qui seront présentées ! Car, pour la dernière de l'année, l'équipe art nOmad a souhaité fêter l'opération en proposant à ses hôtes une "ULTRA-MAXI Fricassée" !

Michaël et Florian Quistrebert, Ex Futuro, 2010.
Acquis par le FDAC Essonne en 2010. Vidéo, durée : 7 min 06 s.


Michaël et Florian Quistrebert sont nés respectivement en 1976 et 1982 à Nantes. Ils vivent et travaillent à Nantes.
« [Collaborant] depuis 2002, les deux artistes manient simultanément la peinture, le dessin et la sculpture. Outre cette diversité des supports, [leurs] oeuvres (…) ont pour particularité de provoquer une collision de styles marqués comme la peinture romantique, le collage du début du 20e siècle, la gravure du 19e siècle, l’esthétique rock des années 70 ou encore la sculpture hétéroclite des années 2000. Ces multiples références qui mêlent styles antérieurs et actuels ne brident pas les deux frères. Au contraire, Florian et Michaël Quistrebert les utilisent avec virtuosité pour générer un univers singulier au sein duquel ils développent une narration mettant en scène des personnages aux prises avec les forces de la nature. Les artistes digèrent l’histoire de l’art et la culture populaire pour créer des oeuvres qui exercent un fort pouvoir de fascination. »
Source : http://www.artistikrezo.com/art/portraits/florian-a-michaelquistrebert.html

À propos de l’oeuvre Ex Futuro :
« Une sorte d’architecture mentale est créée par combinaison d’images, telle un ruban infini, constitué d’éléments sculpturaux : grotte, stalagmites et morceaux de sculptures, se multipliant sans fin sur fond de cosmos irréel. Cette oeuvre concrétise le projet d’une sculpture impossible à réaliser à l’instar de la célèbre Sculpture sans fin de Brancusi. Il s’agit donc, au sens propre comme au sens figuré, d’une projection intellectuelle de la sculpture matérialisée par de l’image animée »
Source : Domaine départemental de Chamarande - FDAC Essonne 




Vincent Beaurin, Albra, 2009.
Acquis par le FDAC Essonne en 2010. Polystyrène, résine époxy, sable de marbre. 44 x 98 x 21 cm.


Vincent Beaurin est né à Vervins en 1960. Il vit et travaille à Paris.
Après avoir appris le métier de ciseleur à l'Ecole Boulle à Paris, Vincent Beaurin étudie et pratique la peinture. Motivé par des questions d'accessibilité à l'oeuvre d'art, il s'intéresse aux objets d’usages et au langage qu’ils constituent. Pendant quinze ans, il confronte savoir-faire, industrie et quincaillerie. Son travail s'inscrit alors aux limites de l'art et du design. En 1998, il monte un bureau de design qu'il dirige pendant trois ans. Depuis 2001, son activité est redevenue exclusivement artistique, réalisant sculptures et aquarelles. Vincent Beaurin tend à rendre effectif le lien entre le visible et l’invisible. Il insiste sur les notions de fluidité et de douceur, de présence et de calme.
Sources diverses dont : https://www.dessinoriginal.com/fr/catalogue-d-exposition/3113-vincent-beaurin-le-spectre-dans-l-atelier-decezanne-9782081241268.html

À propos de l’oeuvre Albra :
« Albra est une sculpture composée d’un membre unique. Elle est un univers en soi où chacun croit reconnaître une forme, puis une autre et ainsi de suite jusqu’à créer sa propre mythologie. Le sculpteur joue sur les notions d’échelles et de densité en créant des figures abstraites, des êtres fabuleux. Son travail porte sur l’articulation des éléments constitutifs de la sculpture en tant que témoins autonomes du lieu et de la présence. Il prend ainsi en considération à la fois l’espace de la sculpture et le vide autour. Ses formes à l’apparence simpliste questionnent un rapport intime à l’équilibre, à la couleur, au sol, à la courbe et à la tension. »
Source : Domaine départemental de Chamarande - FDAC Essonne

+

Étienne De France, The Tower, The Pyramid, The House, The Rise, 2013.
Acquis par le FDAC Essonne en 2013. Série de 4 collages de la série The Rise.
Collage, feutre, crayons, stylos etimpressions sur papier, 29,7 x 42 cm.



Étienne de France est né à Paris en 1984. Il vit et travaille à Paris.
« Ma pratique artistique se déploie de façon pluridisciplinaire et fragmentaire, explorant les rapports entre nature et paysage. À travers les champs scientifiques et architecturaux, je crée des oeuvres faisant appel à une multitude de supports tels que la vidéo, l’écriture, la photographie, la sculpture et le dessin. À partir d’un questionnement du paysage en tant qu’espace d’imaginaire et d’émancipation, j’élabore des cartographies fictionnelles et narratives. Composée d’éléments sériels, chaque oeuvre est le résultat d’un développement au long cours, formant le corpus visible de l’oeuvre. Ce processus permet à la fois d’intégrer la possibilité d’un dialogue entre l’espace de monstration et ce travail, mais aussi par l’implication d’une multitude de ramifications, d’augmenter l’oeuvre et de la placer dans un lieu d’échanges critiques. »
Source : dossier artistique de l’artiste, disponible à l’adresse : http://thankyouforcoming.net/etienne-de-france

À propos de la série Rise, par son créateur :
« Rise est un ensemble de 17 sculptures éphémères occupant l’île du Domaine de Chamarande. Structurelles et géométriques, ces formes architecturales font référence aux ruines et modèles méso-américains et explorent les espaces de l’île et de la forêt comme lieux utopiques du repli et de la résistance à un environnement construit, cartographié et normé. Rise se joue du statut volontairement incertain de ces formes attachées aux arbres. Habitations ou sculptures traçant un parcours par les cordes qui relient chacun des objets ou cabanes, Rise augmente les imaginaires d’un paysage et crée un espace poétique pour questionner la notion de contestation. Rise est développée aussi sous la forme d’une installation composée de dessins, photographies, aquarelles et textes pour une lecture extensive de l’oeuvre et comme traces de l’intervention in-situ. Ce projet a été produit par le Domaine départemental de Chamarande. »
Source : dossier artistique de l’artiste, disponible à l’adresse : http://thankyouforcoming.net/etienne-de-france

 

16.6.17

Voyage, Voyages : arrivée à destination !

Depuis lundi 12 juin, l'équipe art nOmad a de nouveau posé joyeusement ses valises sur la côte basque, dans le cadre de la Petite Littorale #1 - Biennale d'art contemporain des enfants d'Anglet.

visuel réalisé par la Ville d'Anglet et art nOmad
Pour rappel, après avoir été en 2016 en résidence à la Littorale #6 - Biennale internationale d'art contemporain d'Anglet-Côte basque*, notre collectif s'est vu confier cette année par la Ville d'Anglet la mission d'accompagner dix classes de sept écoles primaires différentes et deux classes du lycée polyvalent Cantau (1re et BTS) dans leur participation à une "Petite Littorale" ou "Biennale des enfants",  dont le thème est Voyage, Voyages**. Chaque classe devait ainsi réaliser une production artistique collective et l'ensemble a donc été installé cette semaine, sous forme de parcours  - et sous nos yeux ébahis ! -, au parc écologique Izadia pour être exposé durant tout l'été.

Durant l'année scolaire, notre rôle a été d'aider les élèves et leurs enseignants à passer le cap des idées vers la réalisation concrète de leurs projets, en intervenant deux fois dans les classes, sous forme d'ateliers de recherches, en déployant des livres-objets et outils pédagogiques déclencheurs issus de nos collections, en leur montrant le travail d'autres artistes contemporains (dont ceux de la Grande Littorale de 2016), mais aussi en les aiguillant vers des techniques et matériaux adaptés***. 

Avant le vernissage de samedi 17 juin après-midi, voici donc un condensé d'images - jour J par jour J - de ce moment tant attendu de l'installation des productions, où soulagement, fierté et joie pouvaient se lire sur chacun des visages des enfants et de leurs enseignants.

Lundi 12 juin : Ligne 1 : installation du Voyage sans voyageur, réalisation des élèves de CP de Patrice Salha de l'école Aristide-Briand ; Ligne 2 : installation du Bateau-poule, réalisation des élèves de CE1 de Fabienne Corrihons de l'école Jules-Ferry ; Ligne 3 : installation de l'Invitation au voyage, réalisation des élèves de CE1 de Véronique Burgalat de l'école Jules-Ferry. 

Mardi 13 juin : Ligne 1 : installation de l'Avion-valise, réalisation des élèves de CE1-CE2 et CM1-CM2 d’Émilie Dunate et Marie-Pierre Moulié de l'école Sutar ; Ligne 2 : installation du Makil'Art, réalisation des élèves de CM1-CM2 de Paskale Sagardoy et Mélanie Samagaio de l'école Évariste-Galois ; Ligne 3 (sauf dernière image) : installation du Petit migrateur, réalisation des élèves de CE1 d’Isabelle Gelly-Artiaga de l'école Justin-Larrebat ; Dernière image : Totems Invitation au voyage réalisés par les élèves de 2e année BTS design d'espace de Mireille Fonty du lycée Cantau.

Mercredi 14 juin : Installation de l'Arbre aux émotions et de la Carte imaginaire, réalisation commune de deux classes d'élèves de CE1-CE2 d’Ana Arreguy, Anna Cardonne et Fabienne Foubert de l'école Édouard-Herriot.

Jeudi 15 juin : Ligne 1 : installation de l'Oiseau-phare, réalisation des élèves de CE1-CE2 de Caroline Claudel
et Hélène Harosteguy de l'école Jean-Jaurès ; Ligne 2 : installation de la
Valise-fenêtre, réalisation des élèves de CE1 de Chrystèle Jauniau de l'école Justin-Larrebat.

Nous remercions la Ville d'Anglet de nous avoir confié l'accompagnement artistique des élèves et des enseignants, car ce fut une expérience particulièrement marquante !Nous tenons à féliciter tous les acteurs de cette première Petite Littorale, pour leur énergie, leur efficacité et leur engagement sans faille, qu'ils soient agents des différents services de la Ville, du parc Izadia, enseignants ou conseiller pédagogique.
Aussi, bien sûr, un immense bravo à tous les enfants pour leurs impressionnantes réalisations, toutes plus originales les unes que les autres !
Enfin, pour nous, équipe d'"entremétologues" attachée à l'art de créer du lien, cette exposition est surtout la cristallisation de belles rencontres et de forts moments de partage !


* une biennale sous le commissariat de Paul Ardenne et organisée par la Ville d'Anglet. Pour rappel, lors de cette résidence, art nOmad a réalisé l'oeuvre participative accroche-cOeurs.
** en écho au thème de la Littorale #6 de 2016 qui était Rivage, Rivages
*** à propos de nos interventions dans les classes, voir notre article du 24 février dernier, publié ici même : http://artnomadaufildesjours.blogspot.fr/2017/02/voyage-voyages-premiere-escale.html

24.5.17

Assemblée générale !

art nOmad a le plaisir de vous convier à son assemblée générale

mardi 30 mai 2017 à 20h
dans la salle du haut de la mairie d'Arnac-la-Poste
2, place Champ-de-Foire - 87160 Arnac-la-Poste

En espérant vous y retrouver nombreux !

19.4.17

MAXI Fricassée d'oeuvres près de chez vous, deuxième !


Pour sa deuxième virée essonnienne de l'année 2017, notre drôle de zèbre a cette fois-ci rendez-vous à la médiathèque Jacques Prévert de Villiers-sur-Orge, samedi 22 avril dès 15 heures, toujours en compagnie de l'équipe du domaine départemental de Chamarande.

Pour rappel, chaque MAXI Fricassée permet au public de découvrir de façon ludique et expérimentale, deux œuvres issues de la collection du FDAC Essonne : une vidéo + une oeuvre "tangible"(sculpture, installation...). Ce duo choisi en amont par art nOmad, est déterminé par le fait que non seulement les thématiques et les traitements formels des deux œuvres en question se rejoignent - ou, au contraire, s'opposent -, mais aussi parce qu'il recèle des éléments faisant écho aux préceptes et aux actions de l’association. À l’issue de cette découverte et de premiers échanges verbaux entre les participants, il est proposé d’aller plus loin en tentant l'expérience de la performance collective et en concoctant, pour ce faire, de micro-ateliers-déclics. Car l’enjeu des MAXI Fricassées - et de toute action art nOmad - est de faire découvrir l'art contemporain autrement (nous ne sommes pas des médiateurs, mais des artistes) par le biais de la pratique, les spectateurs devenant participants, et, à leur tour, créateurs.


Au menu du jour :

Sanna Kannisto, Orchid bee males, 2004. 

Acquis par le FDAC Essonne en 2004.
Vidéo couleurs sur DVD, durée : 8min 6s


Sanna Kannisto est née en 1974 à Hämeenlinna en Finlande. Elle vit et travaille à Helsinki. Elle est diplômée de l'École supérieure d'art et de design d’Helsinki.

« Dans son travail, Sanna Kannisto explore la relation entre la nature et la culture et étudie les méthodes, les théories et les concepts à travers lesquels nous abordons la nature dans l'art et dans la science.
Pour réaliser ses photographies [et vidéos], Sanna Kannisto intègre des stations de recherche dans la jungle. Dans ces conditions difficiles, elle met en place des protocoles de travail qui sont ceux de la science mais en introduisant des décalages : la contemplation se substitue à l’observation, la composition plastique au document. Elle approche le réel avec délicatesse pour nous proposer des images pleines de poésie où parfois l’humour affleure. »
« Mon inspiration vient de plusieurs sources : la science, la biologie, l'histoire naturelle, les Grandes découvertes, les natures mortes des XVIe et XVIIe siècles, cabinet de curiosités, romantisme, art conceptuel, surréalisme, l'histoire de la photographie, la vie au grand air de mon enfance et les promenades dans la forêt. »
Sources : http://www.cpif.net/fr/residences/residence-internationale/sanna-kannisto et
http://www.galeriechateaudeau.org/wp/sanna-kannisto-3/


À propos de l’oeuvre Orchid bee males :
« En accompagnant des entomologistes lors d’un voyage scientifique dans la forêt tropicale, Sanna Kannisto documenta, pour son travail artistique, toutes les expériences menées, il faut le constater, avec des bouts de ficelles. Ici, c’est un microscopique laboratoire qui est filmé. Installée sous une tente, une expérience de pollinisation sur coupelle est tentée avec des abeilles mâles. C’est le travail de l’observation, sur le modèle du regard scientifique, dont elle a fait le coeur de son activité de photographe. Mais loin d’un naturalisme naïf, d’un scrupule écologique, il s’agit surtout d’une attitude. Elle passe par l’attention de collectionneur, qui accumule les images, et par la patience du chercheur, inventant des protocoles où l’esthétique et le scientifique se tressent. »
Source : domaine départemental de Chamarande


Hugues Reip, Les pistils, 2007.
Acquis par le FDAC Essonne en 2010. Sélection de deux pièces parmi cinq.
Polystyrène enduit acrylique, moteurs, dimensions variables.

Hugues Reip
est né en 1964 à Cannes. Il vit et travaille à Paris.

« Hugues Reip (…) développe depuis le début des années 1990 une oeuvre avec des moyens très variés (dessin, sculpture, photographie, vidéo, diaporama...) et une économie tout à fait personnelle qui conjugue apparente simplicité, méticuleuse légèreté et efficacité pour explorer le fantastique et l'extraordinaire du quotidien et du familier. »
Source : page de présentation de l’artiste sur le site des Presses du Réel, disponible à l'adresse : http://www.lespressesdureel.com/ouvrage.php?id=2088

« En vrai bricoleur, Hugues Reip ramasse, collecte, archive. Ses collections s’alignent sur de précieuses étagères, collections de minéraux, de photographies, de fleurs, de magazines scientifiques, archivages d’images et de croquis rococo. »
Source : extrait d’un texte de Fabio Viscogliosi à retrouver sur le site de l’artiste, à l’adresse : http://www.huguesreip.com/situg3/09.01.textefabio.html

« Loin de nous apporter de nouvelles réponses ou de nouvelles définitions (...), 
Hugues Reip se laisse, au contraire, traverser par des interrogations qui nous sont directement adressées : “ Comment représenter des réalités qui nous échappent ? Peut-on vraiment voir au-delà du visible ? Qu’est-ce que l’image et à quoi sert-elle ou, mieux peut-être, qu’y investissons-nous ? ”. Et d’inventer, dans son coin, de nouvelles façons d’échapper aux savoirs établis pour mieux remettre en question la nature, le sens et la conscience de nos regards sur le réel y compris dans ses avatars les plus singuliers. »
Source : Extrait d’un texte de Charles-Arthur Boyer, catalogue Hugues Reip. Coédition le Quartier, Centre d’art contemporain, Quimper, et le Frac Franche-Comté

À propos de l’oeuvre Les Pistils :
Hugues Reip les nomme ainsi : « sculptures modernes en lente rotation ». Il s’agit de grossissement de pistils ou d’étamines provenant de différentes fleurs existant réellement. Dans un entretien réalisé à l’occasion de son exposition monographique au domaine de Chamarande en 2009-2010, il explique : « Dans une plante (…) l’image même du pistil me semble une abstraction, dans le sens où la forme est porteuse d’une étrangeté, d’une bizarrerie inattendue qui convoque d’autres images. (…) J’aimerais que le spectateur se trouve baigné dans une atmosphère peu rationnelle, avec des ruptures d’échelles, des mondes que l’on connaît tous intimement sans y avoir mis les pieds, comme une intuition. J’aime bien l’idée développée par les précurseurs de la littérature fantastique : partir du réel et le vriller à tel point pour qu’il ne soit plus envisageable. »
Source : http://www.huguesreip.com/situg3/09.09.textechamarande.html 


14.3.17

À découvrir d’urgence : le catalogue (hors-norme) retraçant l’aventure de A à Z de la 1re Biennale art nOmad !


Sublime de Voyage – 1re Biennale art nOmad 2015

Sous la direction de Clorinde Coranotto, art nOmad éditions, collection #SuperBiennaleTrip, 2016.
Coffret de : 52 x 35 cm ; 3,715 kg ; 156 pages. Bilingue (français/anglais).
ISBN : 978-2-9542274-1-2. Prix public : 43 euros (hors frais d’envoi éventuels).



Ou comment partir sur les traces d’une expérience à la fois artistique, pédagogique et humaine, celle d’une performance processionnelle de 27 personnes ayant rallié Arnac-la-Poste à Venise en 2015 et présenté, lors de son parcours, une exposition embarquée de 20 artistes internationaux sélectionnés par Paul Ardenne.

Pensé sur le principe d’une exposition portative, ce coffret à la couverture dorée à chaud et au large rabat aimanté, renferme 156 pages libres et indépendantes (dont 9 pages doubles). Offrant notamment des images en quadrichromie de qualité, ces pages reposent à l’intérieur du coffret dans un lit de mousse noire. Enfin, au fond de cet écrin, on peut découvrir une couverture de survie : un objet précieux utilisé lors de performances collectives tout au long de ce petit périple artistique.


Sublime de Voyage – 1re Biennale art nOmad 2015 :
Direction : Clorinde Coranotto
Assistée de : Aurélie Verlhac
Textes : Paul Ardenne, Clorinde Coranotto et Frank Smith
Conception graphique : Éloïse Nédellec
Traduction : Jonathan Bass
Correction : Anne-Laure Blusseau
Impression : Malinvaud et Cie
Réalisation du coffret : Stylma Emballages

9.3.17

Retour en Essonne, première !

photo-montage-mise-en-bouche :
art nOmad ramène ses valises-à-déclics 

et se fait titilleur de papilles, mirettes et mimines !
Suite au succès des petites Fricassées d'oeuvres à domicile (des interventions chez l'habitant à l'initiative du Domaine départemental de Chamarande durant lesquelles des hôtes et leurs invités ont pu découvrir chez eux, un samedi par mois en 2015/2016, des oeuvres issues de la collection du FDAC Essonne), art nOmad lance ses MAXI Fricassées d'oeuvres près de chez vous 2017 qui ont lieu cette fois-ci dans différentes structures du territoire essonnien.
Se déroulant sur le même principe que les petites Fricassées d'oeuvres à domicile, chaque MAXI Fricassée permet à divers publics de découvrir de façon ludique et expérimentale, deux œuvres issues de la collection du FDAC Essonne : une vidéo + une oeuvre "tangible"(sculpture, installation...). Ce duo choisi en amont par art nOmad, est déterminé par le fait que non seulement les thématiques et les traitements formels des deux œuvres en question se rejoignent - ou, au contraire, s'opposent -, mais aussi parce qu'il recèle des éléments faisant écho aux préceptes et aux actions de l’association. À l’issue de cette découverte et de premiers échanges verbaux entre les participants, il est proposé d’aller plus loin en tentant l'expérience de la performance collective et en concoctant, pour ce faire, de micro-ateliers-déclics. Car l’enjeu des MAXI Fricassées - et de toute action art nOmad - est de faire découvrir l'art contemporain autrement (nous ne sommes pas des médiateurs, mais des artistes) par le biais de la pratique, les spectateurs devenant participants, et, à leur tour, créateurs.


La 1re MAXI Fricassée d'oeuvres près de chez vous 2017 aura lieu samedi 11 mars, à partir de 15 h à la MJC de Palaiseau.

Au menu du jour :

Stéphane Thidet, Ask, 2002.
Acquis par le FDAC Essonne en 2015.
 Vidéo en boucle, durée : 2 min.


Stéphane Thidet est né en 1974 à Paris. Il vit et travaille à Aubervilliers. Il est diplômé de l’École supérieure des beaux-arts de Rouen et de l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris.
« Qu’elle soit objet, sculpture, vidéo, installation, chaque œuvre de Stéphane Thidet s’inscrit dans un processus récurrent d’une réappropriation du champ de l’imaginaire, oscillant entre une poésie immédiate et son glissement menaçant. L’artiste définit ses créations comme celles d’un univers “de douce violence”, qui ne cherche pas à “imaginer de nouvelles formes”, mais simplement “à travailler avec le monde qui l’entoure”, s’attachant à brouiller les pistes d’une réalité hybride qui conjugue le jeu de lectures croisées. »
Source : extrait d’un article paru sur le site des Abattoirs - FRAC Midi-Pyrénées, à retrouver dans son intégralité à l’adresse : http://www.lesabattoirs.org/blog/des-histoires-doeuvres/stephane-thidet-sans-titre-le-refuge-2007


« Dans la vidéo Ask, on assiste à une danse macabre exécutée de nuit par un squelette sous un réverbère, tandis que passent des voitures et qu’un chien aboie au loin. Le ralenti des mouvements évoque le calme. Le squelette voluptueux est en mouvement, “plein de vie”. Il tourne, dans un mouvement continue et ample, apaisant. Le sujet, le contexte, devraient dégager une inquiétude et c’est au contraire une figure rassurante.  (…)
Ainsi, les œuvres de Stéphane Thidet inversent le sens de lecture habituel, font voir des objets quotidiens comme des sculptures épurées, prennent un jeu pour une guerre, une tour pour un corps morcelé, et maintiennent la cadence de l’inquiétude et de l’instabilité. On ne sort pas indemne d’une telle expérience, le regard est égratigné. Il gagne en acuité. La capacité d’alerte est sans cesse activée. »
Source : extrait d’un article de Marie de Brugerolle, à propos de l’exposition Dernier Ticket à la galerie Aline Vidal et publié dans la revue Semaine (numéro spécial) en 2006. À retrouver dans son intégralité sur le site de l’artiste, à l’adresse : http://www.stephanethidet.com/IMG/pdf/l_expe_rience_a_l_e_preuve.pdf


+

Nicolas Floc’h, Structures productives, récif Artificiel, -25m, Japon, 2013.
Acquis par le FDAC Essonne en 2013. Sélection de 3 tirages.

Encres pigmentaires sur BFK rives 310g, 40 x 50 cm (encadrés 64 x 74 cm)


Nicolas Floc’h est né en 1970 à Rennes. Il vit et travaille à Paris. Il est diplômé de la Glasgow School of Art.
« Nicolas Floc'h explore les pratiques artistiques en fonction des contextes qu'il investit. Ses œuvres se déclinent en de multiples formes (installation, sculpture, photographie, film, performance, scénographie) qui se présentent comme des structures ouvertes, multifonctionnelles, modulables et consommables. Ses propositions artistiques s'inscrivent dans le champ de l'expérimentation questionnant les modes de production, de distribution et de consommation de l'art. Il invente des processus de création qui ne peuvent exister sans la collaboration et l'appropriation d'autres personnes. Ses œuvres invitent à l'appropriation par l'imaginaire et le récit rendant possible un dialogue entre le subjectif et le collectif, le réel et la fiction. »
Source : http://www.lespressesdureel.com/ouvrage.php?id=4410

À propos de ses Structures productives : « En 2008, Nicolas Floc’h découvre l’existence des récifs artificiels qu’il décrit ainsi : “dans le paysage sous-marin il existe de véritables architectures avec leurs règles d’urbanisme. Souvent construits en béton, ces éléments sont en quelques années colonisés par la flore et la faune, qui les transforment en sculptures/architectures vivantes.” (…) Les formes des récifs artificiels sont très diverses et rappellent tantôt les habitats primitifs, tantôt des sculptures ou des architectures modernes et contemporaines. 
Le projet de Nicolas Floc’h, aux croisements de l’art et de la science est de ceux qu’on dit “au long cours”. Une première étape consiste à établir l’inventaire quasi exhaustif de ces structures fonctionnelles (…). À partir de ces types répertoriés, Nicolas Floc’h réalise des sculptures à 1/10e, dans le même matériau que le modèle. Ces miniatures de récifs deviennent d’un seul coup des sculptures, qu’il présente sur socle (…). L’objectif est d’aboutir, à raison d’une trentaine de réalisations par an, à une sorte de panorama des types existants, soit trois cents environ. À la fois œuvres d’art et fragments d’inventaires, cet ensemble potentiel constitue un exemple rare où, en lieu et place de la photographie, c’est la sculpture qui constitue le témoignage documentaire. »


Source : extrait  d’un texte de Jean-Marc Huitorel intitulé De l’usage de l’art, à retrouver dans son intégralité sur le site de l’artiste à l’adresse : http://www.nicolasfloch.net/texts-i


24.2.17

Voyage, Voyages : première escale !

La semaine dernière, notre drôle de zèbre et son cockpit joyeux ont de nouveau rejoint les rivages de l'océan Atlantique.

En effet, après avoir été en 2016 en résidence à la Littorale #6 - Biennale internationale d'art contemporain d'Anglet-Côte basque*, art nOmad se voit confier cette année par la Ville d'Anglet la mission d'accompagner dix classes de sept écoles primaires différentes et deux classes du lycée polyvalent Cantau (1re et BTS) dans leur participation à une "petite Littorale" ou "Biennale des enfants",  dont le thème est Voyage, Voyages**.  Chaque classe doit ainsi réaliser une production artistique collective et l'ensemble sera installé, sous forme de parcours, au parc écologique Izadia en juin prochain et exposé durant tout l'été.

Après une première rencontre avec les enseignants en octobre dernier et quelques échanges par mail, l'équipe art nOmad a donc traversé les cours de récré au volant du Van et ouvert ses valises-à-déclics (un brin débordantes) pour des sessions d'une heure trente minutes chrono ! Objectif : rencontrer les enfants, découvrir leurs projets respectifs et les aider à franchir le cap des idées/envies/dessins/maquettes vers la réalisation effective de la sculpture/installation collective, en leur montrant - ainsi qu'à leurs enseignants - une sélection d'outils pédagogiques de l'association, de référents artistiques nourriciers et de matériaux possibles à collecter et à utiliser, mais aussi en déployant quelques ateliers-flashs autour du Van ou dans la salle de classe.

Les planches photos ci-contre illustrent cette session d'approche. La première est dédiée aux écoles primaires et la seconde au lycée Cantau. À la fin du mois de mars, art nOmad se rendra de nouveau dans les différentes classes afin de suivre la mise en oeuvre des projets, et, entre temps, correspondra avec chaque classe, par mail et voie postale afin de guider au mieux élèves et enseignants.

Pour vous mettre en appétit, voici quelques formes/thématiques qui seront abordées dans les futures productions (en vrac, bien sûr, pour brouiller les pistes et cultiver les surprises !) :
bâtons de pèlerins, chaussures, arbres, voyage des sentiments, territoires, puzzle, cartes postales, monstres de déchets, érosion, avions-valises, valises-fenêtres, vêtements-refuges, phares, oiseaux migrateurs, étiquettes, armoires, bateaux, radeaux, cabinet de curiosités, bulles...




* une biennale sous le commissariat de Paul Ardenne et organisée par la Ville d'Anglet. Pour rappel, lors de cette résidence, art nOmad a réalisé l'oeuvre participative accroche-cOeurs.
** en écho au thème de la Littorale #6 de 2016 qui était Rivage, Rivages



P.S. : voici également ci-dessous une bibliographie des ouvrages présentés aux différentes classes.

  • Farid Abdelouahab, Ces merveilleux carnets de voyages, Sélection du Reader’s Digest, 2004
  • Paul Ardenne (commissaire), Dendromorphies –- créer avec l’arbre, catalogue de l’exposition du 26 novembre 2016 au 11 janvier 2017 à Topographie de l’Art, éditions La Manufacture de l’image, 2016
  • Paul Ardenne, Frank Smith et Frédéric Chaubin, Rivage-Rivages, catalogue de la Littorale #6 - Biennale internationale d’art contemporain d’Anglet Côte basque du 26 août au 2 novembre 2016, éditions Le Bord de l’Eau, 2016
  • Patrick Van Caeckenbergh, Les Nébuleuses. Mon tout : Les étourdissements, Fage éditions, 2016
  • Frédérique Crestin-Billet, La folie des cartes à jouer, éditions Flammarion, 2002
  • Sous la direction de Thierry Dufrêne, Emmanuel Grimaud, Anne-Christine Taylor et Denis Vidal, Persona - Étrangement humain, catalogue de l'exposition du 26 janvier au 13 novembre 2016 au Musée du Quai Branly, éditions Actes Sud, 2016
  • Zeev Gourarier (co-commissaire), Il était une fois la fête foraine… de A à Z, catalogue de l'exposition du 18 septembre 1995 au 14 janvier 1996 aux Parc et Grande Halle de la Villette, éditions de la Réunion des musées nationaux, 1995
  • Florence Guionneau-Joie (commissaire), L’arbre qui ne meurt jamais, catalogue de l’exposition du 21 mars au 30 juin 2013 au théâtre des Sablons à Neuilly-sur-Seine, éditions Silvana Editoriale Spa, 2013
  • Agathe Jacquillat et Tomi Vollauschek de FL@33, Cartes postales, Pyramyd Éditions, 2008
  • Rachel Labastie, De l’apparence des choses, Chapitre III, Vestiges, éditions-D-Fiction / Cabin Agency éditions, 2012
  • Sous la direction de Juliette Laffon, Gloria Friedmann : "Lune Rousse", catalogue de l’exposition du 9 octobre 2008 au 1er février 2009 au musée Bourdelle, éditions Paris Musées, 2008
  • Michael Lailach, Land Art, éditions Taschen, 2007
  • Sous la direction de Sarah Lombardi, Véhicules (série Art Brut. La Collection), 5 Continents Éditions, 2013
  • Tristan Manco, Matériaux + Art = Œuvre –- Quand les artistes contemporains font appel à des matériaux naturels ou recyclés, Pyramyd Éditions, 2012
  • Florence De Méredieu, Histoire matérielle et immatérielle de l’art moderne et contemporain, éditions Larousse, collection In Extenso, 2008
  • Natacha Pugnet, Mark Dion : The Natural History of the Museum, catalogue de l’exposition du 7 février au 22 avril 2007 au Carré d'Art de Nîmes, éditions Archibooks, 2007
  • Hugues Reip, monographie, éditions Villa Saint Clair, 2011
  • Guy Tosatto (commissaire), Annette Messager - Hors-jeu, catalogue de l'exposition du 8 novembre 2002 au 27 janvier 2003 au Musée des beaux-arts de Nantes, éditions Actes Sud, 2002









17.11.16

La 1re Biennale art nOmad s’expose bientôt à la Bfm de Limoges !

Du 10 décembre 2016 au 11 février 2017, la Bibliothèque francophone multimédia de Limoges accueillera, dans son hall, l’installation Sublime de Voyage, retraçant l’aventure de A à Z de la 1re Biennale art nOmad 2015, dont la scénographie a été réalisée dans le cadre d’un workshop à l’École nationale supérieure d’art de Limoges conduit par Arnaud Borde (technicien d'assistance pédagogique) et Clorinde Coranotto (enseignante) auprès des étudiants de 3e et 4e année : Fanny Cavan, Alice Colin, Camille François, Thibault Gibierge, Kawthar Hoummada, Antoine Lainé, Hyjoo Lee, Jérémie Marié, Madeleine Saraïs, Narae Shin, Nour Slimani, Marjorie Tirollois et Xiran Zhang.

Ou comment partir sur les traces d’une expérience à la fois artistique, pédagogique et humaine, celle d’une performance processionnelle de 27 personnes ayant rallié Arnac-la-Poste à Venise en 2015 et présenté, lors de son parcours, une exposition embarquée de 20 artistes internationaux sélectionnés par Paul Ardenne.



 

*** Une co-présentation marathon de cette exposition à la Bfm sera donnée par
Paul Ardenne, Clorinde Coranotto, l’équipe de l’ENSA Limoges et Fred Mars Landois (artiste de la biennale), vendredi 9 décembre à 18hoo, et sera suivie d’un vernissage... Au plaisir de vous y retrouver nombreux ! ***







 





Cet événement est lié à la sortie simultanée du livre éponyme et presque hors-norme :

Sublime de Voyage – 1re Biennale art nOmad 2015, sous la direction de Clorinde Coranotto,
art nOmad éditions, collection #SuperBiennaleTrip, 2016.
Coffret de 45 x 30,5 cm contenant 156 pages, bilingue (français/anglais).
ISBN : 978-2-9542274-1-2. Prix public : 43 euros TTC. 

14.10.16

Dernières interventions de l'année sur les rivages de l'Atlantique...

...Dans le cadre de notre résidence à la Littorale #6 - Biennale internationale d'art contemporain d'Anglet-Côte basque organisée par la Ville d'Anglet, sous le commissariat de Paul Ardenne.

Retrouvez-nous :


Au programme des ateliers tous publics :
­
  • Spécial marché : 
“L'atelier du p'tit creux”
Au menu : perçages et reliefs à tous les plats !
Gravure sur plâtre-à-colorer ou embrochage d'images-surprises-à-garnir, à chacun de choisir sa recette pour se mitonner un bel et appétissant entremet !
Matériel mis à disposition : morceaux de plâtre, clous, encre, pinceaux, photocopies, papier, carton, ciseaux, colle, pics-à-brochettes
  • Spécial bibliothèque :
“L'atelier des sacrées histoires”
Ou comment imaginer la rencontre fortuite entre des objets, des œuvres et des images, fomenter des histoires d'amour (ou d'humour !) entre eux puis confectionner dépliants illustrés et autres brochures aux formes généreuses et inventives.
Matériel mis à disposition : exemple d'objets, cartons, images, dépliants et prospectus, feuilles, colle, ciseaux, crayons, feutres
  • Spécial grotte de la Chambre d'Amour :
“L'atelier des grandes attaches”
Envisager l'oeuvre accroche-cOeurs comme structure d'amarrage éphémère et investir pleinement ses vides en tissant graphiquement et symboliquement des liens d'un morceau de grillage choisi à un autre.
Matériel mis à dispostion : ficelle agricole bleue et fil de fer électrique rouge, ciseaux, pinces coupantes


19.9.16

RDV pour une nouvelle intervention à Anglet, sur la Côte Basque !

photo : Camille François


 
Retrouvez-nous autour du camion et de la structure “accroche-cOeurs” situés devant la grotte de la Chambre d'Amour à Anglet ce samedi 24 et ce dimanche 25/09/2016 de 11h à 17h.


Comme avec art nOmad les interventions se suivent et ne se ressemblent pas, vous aurez cette fois-ci au menu, des ateliers arts plastiques ouverts à tous, où chacun sera libre de dessiner au sol des territoires imaginaires et de re-inventer la carte de Tendre.
Pendant ces deux jours, il sera aussi question de transformer  l'"accroche-cOeurs" en sculpture vivante !


Au plaisir de vous y retrouver nombreux !


 
Ces ateliers encadrés par trois membres de l'équipe art nOmad sont réalisés dans le cadre de La Littorale #6 - Biennale internationale d'art contemporain d'Anglet Côte-Basque sous le commissariat de Paul Ardenne.
 

15.9.16

Assemblée Générale !

art nOmad a le plaisir de vous convier à son Assemblée Générale
le 27 septembre 2016 à 20h à la salle des associations d'Arnac-la-Poste.
Au plaisir de vous y retrouver nombreux !

31.8.16

Le ventre du camion transformé pour la première fois en Chambre d'Amour à Anglet...

... C'était le week-end dernier, face à l'oeuvre accroche-cOeurs, réalisée dans le cadre de notre résidence à Littorale #6 - Biennale internationale d'art contemporain d'Anglet Côte Basque (organisation : Ville d'Anglet - commissariat : Paul Ardenne) !






C'était le 26 août dernier à Anglet, devant la grotte de la Chambre d'Amour !

Retour en quelques images sur la performance-bien-emballée qui s'est déroulée au cul du camion, à l'occasion du vernissage officiel de la Littorale #6 - Biennale internationale d'art contemporain d'Anglet Côte Basque, organisée par la Ville d'Anglet (commissariat : Paul Ardenne) !




















Pour en savoir + sur la participation d'art nOmad à la biennale d'Anglet, rendez-vous sur : http://accrochecoeurs-artnomad.tumblr.com/

Vendredi 26 août 2016 : Accrochage...

... de l'oeuvre de la plasticienne Corine Borgnet qu'elle nous a envoyée cet été en réponse à notre appel à contributions artistiques, dans le cadre de notre résidence à Littorale #6 - Biennale internationale d'art contemporain d'Anglet Côte Basque (organisation : Ville d'Anglet - commissariat : Paul Ardenne).


Pour + d'information sur cet appel à contributions, rendez-vous sur : http://accrochecoeurs-artnomad.tumblr.com/appel-a-contributions

22.8.16

En approche imminente !

"art nOmad, bonjour !"
Oui, parfaitement… Rendez-vous dans le ventre du camion devant la structure “accroche-cOeurs” pour des séances de poses photos avec ou sans accessoire(s), tout près de la grotte de la Chambre d'Amour à Anglet, ce vendredi 26/08/2016 à 20h15 pétantes !

Une performance spécialement concoctée à l'occasion du vernissage officiel de La Littorale #6 - Biennale internationale d'art contemporain d'Anglet Côte-Basque sous le commissariat de Paul Ardenne.





Ci-contre, pour attiser comme il se doit le mystère, voici quelques petits ingrédients en préparation depuis l'atelier d'art nOmad et de Clorinde Coranotto !

Et pour en savoir (beaucoup) + sur la présence d'art nOmad à la Biennale d'Anglet, rendez-vous sur notre blog spécial : http://accrochecoeurs-artnomad.tumblr.com/

18.7.16

Appel à contributions artistiques ouvert à tous !

Dans le cadre de sa résidence à La Littorale #6 – Biennale internationale d'art contemporain d'Anglet Côte-Basque, organisée par la Ville d'Anglet du 26 août au 2 novembre 2016 (commissariat : Paul Ardenne), art nOmad lance un appel à contributions artistiques ouvert à tous, dont voici l'énoncé :

Envoyez-nous votre « Objet Généreusement Migratoire » : une production personnelle célébrant l'amour de la création joyeuse sous toutes ses formes.
 

Deux solutions possibles :
- si votre production tient dans la main, résiste au vent et à la pluie et pèse moins de 300g (poids moyen d'un coeur humain !), elle sera accrochée sur une structure-oeuvre prévue à cet effet - l'accroche-cOeurs - installée en surplomb, face à la grotte de la Chambre d'Amour à Anglet et diffusée sur un blog spécifique ;
- si votre production est trop fragile ou trop volumineuse ou si elle se présente sous forme d'image ou/et de texte, elle sera diffusée sur le même blog spécifique.
 

Date limite des envois/dépôts : 22/08/2016
 

Au choix :
- Adresse des dépôts pour les habitants d'Anglet et des environs :
Parc écologique Izadia – 297, avenue de l'Adour – 64600 Anglet

- Adresse des envois pour les autres participants :
Association art nOmad - 20, La Salesse - 87160 Arnac-la-Poste
 

+ de renseignements : art-nomad@orange.fr et 06 32 82 36 26

Toutes les contributions artistiques sont à retrouver à l'adresse : http://accrochecoeurs-artnomad.tumblr.com/

Le bulletin avec modalités et accord de participation est à télécharger ci-dessous (2 pages) :







14.6.16

petite Incitation à commettre de l'art, pour Tous... avant petite Fricassée d'oeuvres à domicile, pour Larziacois !

Samedi 18 juin 2016 sera notre dernière "petite Fricassée d'oeuvres à domicile" de la saison 2015-2016.

L'occasion pour art nOmad de faire un petit bilan de parcours essonnien et de vous en faire part, de manière un peu détournée, histoire que vous mettiez un peu la main à la pâte !

Vous trouverez ci-dessous deux types de cartes-à-jOuer :

- une où ne figurent que des points symbolisant les adresses où nous nous sommes rendues, chez l'habitant, pour des performances collectives mémorables (tout en bas à gauche, figure Arnac-la-Poste). Celle en points blancs sur fond noir est un clin d'oeil bien appuyé à une oeuvre intitulée Helvetic System, de l'artiste Neal Beggs... artiste vedette de notre ultime Fricassée 2016, bien sûr !

- une où ne figure que le tracé de liaison (et à vol d'oiseau) entre ces différentes adresses et depuis Arnac-la-Poste.

À vous de vous emparer d'une ou de ces 4 images et de laisser parler votre appétit de création : découpage, collage, graphisme, dessin automatique ou réfléchi, écriture, volume ou aplat, couleur ou noir et blanc, en solo ou à plusieurs... toutes les directions sont permises, c'est la règle de base de toute incitation nOmade !