Rendez-vous aussi sur :

art nOmad : la page Facebook // le compte Twitter // la page Google + // la chaîne YouTube
art nOmad se manifeste ! :
le blog du livre papier
// la page Facebook du projet éditorial tOtal
une oeuvre près de chez toi : le blog du nouveau dispositif d'intervention art nOmad // la page Facebook du dispositif // le compte Twitter du dispositif
art nOmad en incitations à commettre de l'art : Tumblr(1)
art nOmad en résidence particulière : au 105, à La Souterraine
Biennale art nOmad : le blog d'une 1re biennale en camion // la page Facebook de la 1re Biennale art nOmad // le blog des contributions artistiques à la 1re Biennale art nOmad

***Nouveau !*** : le blog de l'oeuvre participative "accroche-cOeurs" conçue et installée en 2016 à Anglet, dans le cadre de la résidence art nOmad à la Littorale #6 - Biennale internationale d'art contemporain (organisation : Ville d'Anglet, commissariat : Paul Ardenne)

22.12.10

Les Petites veillées vidéo 2010 à l'heure du bilan

Pour art nOmad, l’enjeu de ce bel événementiel a consisté à poser momentanément/respectueusement nos cartons-à-déclic dans le salon de particuliers et à leur faire partager des expériences d’artistes dont les recherches plastiques nous ont particulièrement touchés. Installer le dispositif de projection en s’adaptant à l’espace offert, expliquer notre présence, lever nos verres, lancer les vidéos puis observer les réactions, répondre aux interrogations en en soulevant d’autres, déguster de petits mets délicieux, tel a été — dans les grandes lignes — le déroulement habituel de ces veillées. Si chacune d’entre elles s’est révélée très différente — puisque le public adulte a changé systématiquement — l’accueil qui nous a été réservé a toujours été chaleureux et ouvert.

En l’espace de cinq soirées passées en Haute-Vienne (à Cromac/Nexon/Limoges(2)/Nedde) et une en Creuse (au Foyer des Jeunes Travailleurs de la Souterraine), ces Petites veillées vidéo ont permis à près d’une centaine de personnes de découvrir le travail de Nicolas Provost et celui de Steven Pippin, artistes inconnus par la plupart des participants. Les réactions face à ces deux œuvres déstabilisantes car très expérimentales, ont toujours suscité de riches débats.

Papillon d’Amour
— du belge Nicolas Provost — court mais projeté en boucle (selon la volonté de l’artiste), se livrant au spectateur comme un tableau mystérieux et poétique — traitant (entre autres) de la transformation physique et de la monstruosité — absorbe/ séduit/interpelle/émerveille beaucoup de spectateurs tout en révulsant et angoissant certains autres.

The Continued Saga of an Amateur Photographer, quant à lui, beaucoup plus long, retraçant un trajet effectué en train entre Londres et Brighton — durant lequel l’artiste anglais Steven Pippin transforme les toilettes d’un wagon en appareil photographique — questionne toujours, et tantôt ennuie/agace/oppresse/déçoit, tantôt rassure/amuse/fascine...

Encore un grand merci à nos hôtes, à leurs invités et à toute l'équipe du FRAC Limousin pour nous avoir prêté ces vidéos.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire